les 5 choses essentielles à savoir lorsque vous introduisez des aliments solides à votre bébé

L’introduction des aliments solides est une étape importante dans la vie de votre bébé, mais peut également porter à confusion, surtout en présence  d’informations contradictoires sur la façon et le moment idéal pour le faire.

Vous vous demandez peut-être :
•    Dois-je d’abord introduire des céréales de riz enrichies de fer OU de la viande rouge comme mon amie l’a fait ?
•    Est-ce que les purées sont idéales ou dois-je plutôt encourager l’alimentation autonome de mon bébé, comme des petites bouchées molles ?
•    Dois-je commencer les aliments solides à quatre ou six mois ?
•    Qu’en est-il des noix et des œufs ? Ne dois-je pas attendre un an avant de les introduire, car ils sont allergisants ?

Je comprends. Ça porte à confusion.

Les Lignes directrices canadiennes sur l’alimentation des nourrissons ont été mises à jour ces dernières années, et ce, avec des recommandations qui appuient les plus récentes recherches optimales disponibles sur l’alimentation des nourrissons à ce jour.

1)    Il est important de choisir le bon moment :
Il est recommandé que la vraie nourriture soit introduite vers l’âge de six mois, car le lait maternel (et/ou le lait maternisé) peut fournir 100 % de la nutrition de bébé jusqu’à ce point. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) estime que les aliments solides fournissent environ un cinquième des besoins énergétiques du bébé de six à huit mois et un peu moins de la moitié de neuf à 12 mois. Le lait maternel et/ou le lait maternisé continuera de combler les besoins nutritionnels de votre bébé jusqu’à un an.

Le moment propice est important. Vous ne voulez surtout pas commencer trop tôt ou trop tard. Il semblerait que le moment idéal pour introduire les aliments solides soit à six mois. Toutefois, il est important de porter attention aux signaux de votre bébé, afin de choisir l’âge auquel il serait prêt à commencer les aliments solides :
•    Bébé peut se tenir la tête haute : votre bébé devrait avoir un bon contrôle de sa tête et pouvoir se tenir debout, s’asseoir dans une chaise haute, un siège d’appoint ou un siège pour bébé.
•    Bébé peut ouvrir la bouche lorsqu’il reçoit de la nourriture : les bébés peuvent être prêts lorsqu’ils vous regardent manger, tendent les bras vers votre nourriture et semblent avoir hâte de manger.
•    Bébé peut déplacer sa cuillère de nourriture jusqu’au fond de la gorge : si vous offrez une cuillère de nourriture et que votre bébé la pousse hors de sa bouche et qu’elle coule sur son menton (réflexe de poussée de la langue), il n’est donc pas encore prêt. Vous pouvez toutefois essayer de diluer la nourriture les premières fois, puis épaissir progressivement la texture, ou vous pouvez également attendre une semaine ou deux et réessayer. 
•    Bébé est assez grand : si votre bébé a au moins doublé son poids à la naissance et pèse au moins 6 kilos (13 livres), il se peut qu’il soit prêt à commencer les aliments solides.

Les raisons pour ne pas commencer trop tôt ou trop tard : 
La capacité d’un bébé à contrôler et à avaler des aliments solides en toute sécurité n’est acquise que vers l’âge de six mois (cependant, certains bébés sont prêts dès leur quatrième et cinquième mois). Ceci est dû en partie au fait que leur réflexe nauséeux n’est pas complètement développé, ce qui en retour, les expose à un risque accru d’étouffement. De plus, leur tube digestif n’est pas non plus suffisamment développé pour avoir la capacité de digérer les nutriments dans la vraie nourriture.

D’autre part, si vous commencez après six mois (à moins de l’avis contraire du pédiatre de votre bébé), la transition vers la vraie nourriture pourrait s’avérer plus compliquée et votre bébé pourrait développer des goûts plus difficiles. Cela pose aussi un risque d’anémie ferriprive à votre bébé allaité. Par conséquent, les premiers aliments solides de bébé devraient être riches en fer.

2)    Les purées et les petites bouchées sont deux excellentes options !
À l’âge de six mois, la plupart des bébés sont prêts pour une variété de textures alimentaires, comme les purées moins épaisses et les petites bouchées molles. C’est aux parents de décider du moment propice. Certains bébés préfèrent les purées pour commencer tandis que d’autres préfèrent manger des bouchées molles. Avec mes trois enfants, j’ai décidé dès le début de préparer une combinaison de purées avec une texture plus épaisse ainsi que des bouchées molles.

Puisque les bébés plus âgés développent rapidement les mouvements de la mâchoire, ce qui leur permet de « grignoter » (même sans dents), il n’est pas nécessaire de commencer avec des purées moins épaisses comme on le croyait auparavant.  En fait, il peut y avoir de nombreux avantages à commencer avec des purées à la texture plus épaisse ou des bouchées molles. Cela encouragera l’alimentation autonome (tendre les bras, prendre la nourriture et la grignoter), ce qui aide le développement moteur oral et permet aux bébés de complètement contrôler la quantité et la vitesse à laquelle ils mangent, et d’apprendre ainsi à contrôler la quantité d’aliments consommée.

Chez Baby Gourmet, nous offrons une variété d’options pour tous les goûts (et ceux des parents !) comme les céréales biologiques à grains entiers enrichies de fer, les purées de fruits et de légumes biologiques, les repas en purée riches en protéines ainsi que nos petites bouchées comme nos Puffies au quinoa soufflé et nos Mushies faits de yogourt lyophilisé ! 
Vous pouvez essayer différentes textures (épaisse, tendre et finement hachée, en purée, écrasée ou moulue) afin de voir ce que votre bébé préfère. Vous pouvez même varier chaque jour les textures. À neuf mois, votre bébé devrait manger une variété d’aliments et de textures et, idéalement, participer à des repas en famille ! Les aliments familiaux auront peut-être besoin d’être modifiés à la texture que votre bébé préfère (ils doivent être suffisamment mous) et ne pas contenir des ajouts d’assaisonnements comme le sel.

Entre 8 et 12 mois, les bébés développent des mouvements latéraux de la langue, ce qui leur permet de manger des aliments plus solides à mâcher.

Les bouchées prudentes à manger comprennent : des morceaux de légumes et de fruits cuits, des fruits et légumes mûrs et mous tels que la banane, l’avocat, la patate douce, de la viande cuite finement hachée, moulue ou écrasée, des aliments désossés comme le saumon et le poulet, le fromage râpé, du pain grillé à grains entiers coupé en bandes avec une fine couche de beurre ou de beurre de noix, les Puffies Baby Gourmet (une collation au quinoa soufflé qui est fortifiée avec des probiotiques) ou bien les Mushies Baby Gourmet (des petites bouchées lyophilisées).

Les risques d’étouffement :
Des aliments durs, petits et ronds, ainsi que des aliments solides d’une texture lisse et collante peuvent bloquer les voies respiratoires de votre bébé. Il est recommandé de ne pas servir aux enfants de moins de quatre ans des aliments tels que : des bonbons durs, des pastilles contre la toux, de la gomme, des raisins entiers, du maïs soufflé, des guimauves, des noix, du poisson avec des arêtes, des hotdogs et des saucisses. Assurez-vous que les légumes durs tels que les carottes sont râpées ou cuites à la vapeur, que les noyaux des fruits sont retirés avant de servir, que les raisins sont coupés en deux, que les beurres aux noix sont légèrement étalés et que les aliments filandreux comme l’ananas ou le céleri sont hachés finement.

3)    Laissez toujours votre bébé prendre l’initiative : 
Peu importe la texture avec laquelle vous commencez, il est important de laisser votre bébé prendre l’initiative. Cela signifie soit leur permettre de s’alimenter eux-mêmes et de manger ce qu’ils veulent (sans les inciter à manger plus ou à retirer leur nourriture quand ils n’ont pas fini) ou de porter une attention particulière aux signaux qu’ils vous envoient lors de l’alimentation avec la cuillère. Votre bébé vous le fera savoir lorsqu’il aura fini de manger en tapant sur la cuillère, en détournant la tête, en serrant les lèvres, en crachant ou en lançant de la nourriture, en gémissant ou en pleurant. Ne les faites surtout pas manger de force.  Les bébés et les tout-petits mangent lorsqu’ils ont faim et s’arrêtent quand ils sont pleins. Le fait de respecter leurs instincts pourra les aider à éviter de trop manger maintenant et plus tard.

4)    Les aliments riches en fer devraient être servis tous les jours, dès le début :
Les aliments riches en fer devraient être introduits dès le départ, car les besoins en fer de votre bébé augmentent à cette période. Les bébés de six à 12 mois devraient manger des aliments riches en fer au moins deux fois par jour. Des morceaux de viandes tendres ou finement hachées, de la viande hachée cuite ou moulue, du poisson sans arêtes, de la volaille sans os, des œufs entiers bien cuits, des haricots et des lentilles ou des céréales pour bébés enrichies de fer (recherchez les options de grains entiers). Voilà d’excellents premiers aliments !

Vous pouvez également introduire des légumes et des fruits, sans ordre particulier, ainsi que des aliments à grains entiers, des beurres de noix et de graines ainsi que des produits laitiers pasteurisés (à l’exception du lait de vache liquide). Entre neuf et 12 mois, il est prudent d’introduire du lait de vache homogénéisé (mais je recommande d’attendre jusqu’à 12 mois pour cela).

5)    Introduisez les allergènes tôt :
Nous savons maintenant que retarder l’introduction d’allergènes communs tels que les œufs, les beurres de noix et le poisson n’est pas nécessaire et qu’il est sécuritaire de les introduire à six mois, même pour les bébés qui sont à risque élevé de développer une allergie alimentaire. En effet, une introduction précoce aux allergènes communs peut même empêcher le développement d’allergies ! Si vous êtes très inquiets ou si votre bébé présente des risques très élevés de développer une allergie alimentaire, nous vous recommandons de les tester auprès de votre médecin de famille ou du pédiatre de votre bébé.

Ne vous découragez pas si votre bébé ne mange pas comme un champion dès le début. Soyez patient et continuez à introduire des aliments sans le forcer. Le temps venu, il apprendra à bien manger et à son propre rythme.

Bonne alimentation !

Experte en nutrition pour les enfants et la famille au Canada

Diététicienne enregistrée, blogueuse, porte-parole médias 

www.sarahremmer.com
(403) 389-3284
Facebook
Instagram
Chaîne Channel

Pin It on Pinterest